Fusil d'infanterie espagnol M1871/89 Remington

1871
  • Pays: Espagne
  • Système de mise à feu: Percussion centrale
  • Calibre: 11 x 58R Reformado

Le fusil présenté ici est exemplaire du célèbre fusil Remington Rolling Block. Ce fusil a eu un succès phénoménal et a été réglementaire un peu partout dans le monde dans divers calibres; il a même survécu à la transition de la poudre noire à la poudre sans fumée. Ce fusil est un fusil espagnol modèle 1871/89 fabriqué par la manufacture d’arme d’Oviedo. En 1870 l’Espagne a acheté des fusils directement à Remington. En février 1871, le fusil est définitivement adopté et sera produit sous contrat. Il a été modifié en 1889 essentiellement en raison d’un léger changement de munition.

Le système est du type Remington N°1, c’est-à-dire qu’il correspond au premier système commercialisé par Remington. Le boîtier comprend deux parois parallèles épaisses à travers lesquelles sont montées deux axes. Un bloc de culasse est monté en rotation sur un premier axe, ce bloc de culasse accueillant le percuteur. Une oreillette sur le côté droit du bloc permet une manipulation rapide du bloc. Sur le deuxième axe, est monté le bloc du chien qui non seulement va frapper le percuteur mais qui va aussi verrouiller le bloc de culasse lors de la mise à feu. Le bloc de culasse a une cavité concave à l’arrière du bloc dans lequel le bloc du chien va venir s’emboîter dès que le chien est lâché pour empêcher toute rotation du bloc de culasse. Cela démontre que le bloc de culasse est verrouillé dès que le chien commence son trajet vers le percuteur. Les deux axes peuvent être retirés du côté gauche du boîtier lorsque la plaque de blocage est dévissée.

La manipulation du système est extrêmement simple: il suffit d’armer le chien, d’ouvrir la culasse en appuyant sur l’oreillette du bloc de culasse, d’introduire une cartouche, de fermer la culasse et de tirer. Le bloc de culasse est aussi légèrement sous tension dans la position fermée et il suffit d’appuyer très légèrement en avant sur l’oreillette pour que la culasse se ferme. Lorsque le système est ouvert, la chambre est directement accessible, ce qui favorise une extraction facile de l’étui ainsi que le nettoyage du canon.

Sur la partie supérieure du block se trouve un petit levier qui se lève quand le percuteur percute. Quand la culasse est ensuite ouverte, ce levier rentre en contact avec la partie avant du bloc du chien et est enfoncée par celui-ci, ce qui rétracte automatiquement le percuteur en position retirée. Cette fonction est importante car si le percuteur est coincé en avant il est possible de tirer une cartouche simplement en fermant le bloc de culasse un peu vigoureusement, puisque ce bloc de culasse, rappelons-le, n’est verrouillé que lorsque la détente est lâchée.

Sur le côté avant gauche du bloc de culasse se trouve une série de dents d’engrenage, celles-ci faisant rentrer et sortir l’extracteur du côté de la chambre dans un mouvement linéaire.

Le tonnerre est poinçonné d’un “R”, ce qui indique que le fusil a été rechambré pour la cartouche Reformado, une amélioration de la cartouche d’origine 11x57R. Cette nouvelle cartouche n’est plus en forme de bouteille, son épaulement étant remplacé par une section conique s’étendant jusqu’à la bouche de l’étui. Le projectile en plomb est aussi modifié pour devenir une ogive en plomb avec un manteau de laiton d’un diamètre de 11,4mm. Le canon n’a pas été alésé pour accommoder le nouveau projectile. L’autre modification concerne la hausse dont le curseur est équipé d’un viseur escamotable sur le côté gauche pour le tir de salves, un gadget très en vogue à l’époque. Ce viseur était utilisé avec un guidon vissé sur le côté gauche de la deuxième capucine juste derrière l’embouchoir. Ce type de viseur pour le tir de salve apparaît sur de nombreux fusils de cette époque comme sur le fusil belge Albini-Braendlin et le Mannlicher 1886 autrichien.

Ce fusil est poinçonné AR.O 1883. AR.O signifie Artillería Oviedo (Manuf. d’armes d’Oviedo) et la date correspond à l’année de fabrication. Il est intéressant de noter que le fût est daté 1882 et porte un numéro. Il est ainsi possible que le système soit monté sur un ancien fût.