Fusil Milbank-Amsler 1864/67 Suisse

1864
  • Pays: Suisse
  • Système de mise à feu: Percussion annulaire
  • Calibre: 10,4 x 42R

En 1865, le gouvernement fédéral se rend à l’évidence qu’il est temps de moderniser l’armement national. Le développement rapide des armes pendant la guerre de sécession américaine ainsi que la défaite des Danois lors de la deuxième guerre de Schleswig grâce à la supériorité offerte aux Prussiens par leurs fusil Dreyse démontraient que les armes à chargement par la bouche étaient dépassées. Suite à une brève période d’essais, le système de transformation Milbank fut sélectionné pour transformer les fusils d’infanterie de calibre 18mm et les fusils de corps d’élite de calibre 10,4mm. Le système fut amélioré par l’ingénieur suisse Jakob Amsler, raison pour laquelle cette connue de nos jours sous le nom de Milbank-Amsler.

Le système ressemble de près au système Wänzl autrichien. La culasse du canon d’origine est remplacée par un boîtier sur le dessus duquel est monté une trappe pivotant autour d’un axe perpendiculaire à l’axe du canon. La trappe comprend un percuteur orienté de façon à frapper le bourrelet d’une cartouche à percussion annulaire. Sur les fusils de calibre 10,4mm, le côté droit de la charnière de la trappe incorpore un extracteur sous tension d’un ressort monté sur la trappe. Sur les fusils de calibre 18mm, l’extracteur se trouve sur le côté gauche et n’est pas sous tension. Au contraire du système Wänzl, la trappe est libre en rotation et n’est pas sous tension.

Les caractéristiques décrites ci-dessus se retrouvent sur de nombreux systèmes dits « à tabatière » de la même époque. La principale différence se situe dans le système de verrouillage, soit la partie améliorée par Jakob Amsler. A l’arrière de la trappe un coin est monté et qui pivote sur la trappe. Ce coin possède une ailette ou une boule de manipulation sur son côté droit. En fermant la trappe, le coin est abaissé et emboîté contre une surface oblique à l’arrière du boîtier. Toute pression venant de la culasse force le coin contre la surface oblique, verrouillant la culasse de façon efficace. Pour ouvrir la culasse, il suffit simplement de soulever le coin par l’intermédiaire de la pièce de manipulation et de pousser la trappe ouverte. L’extracteur est actionné si on pousse la trappe ouverte au-delà de son point neutre contre la force du ressort de l’extracteur.

La platine et les garnitures des fusils sont celles d’origine du modèle d’arme transformée. Ici nous avons une carabine fédérale mle1864, une version légèrement améliorée de la carabine mle1851. La platine est une platine standardisée et partagée par les fusils et carabines. Le canon n’a plus que 4 rayures. La douille destinée à recevoir la baïonnette est remplacée par un tenon pour une longue épée baïonnette à lame yatagan.

La transformation Milbank-Amsler était une solution temporaire en attendant de trouver une arme à chargement par culasse moderne. Suite à la défaite sanglante des autrichiens à la bataille de Königgrätz en 1866, une fois de plus où les canons des fusils Dreyse ont fait la différence, les Suisse accéléra son processus de modernisation et se lança dans la quête d’un fusil à répétition. Cette quête aboutit à l’adoption à l’échelle nationale du fusil Vetterli en 1869. Les carabines Milbank-Amsler ont d’ailleurs servi jusqu’en 1873 lors de l’introduction de la carabine Vetterli Mle1871, elle aussi à double détente.

Aucun autre pays n’adopta la transformation Milbank-Amsler. Le Royaume de Württemburg était à deux pas de l’adopter pour transformer ses fusils à percussion mais la Prusse fit pression pour que le système Dreyse soit sélectionné.