Fusil d'infanterie hollandais M1867 Snider

1867
  • Pays: Pays Bas
  • Système de mise à feu: Percussion centrale
  • Calibre: 17,5 x 30R Dutch Snider

Comme tous les pays de l’époque, les Pays-Bas étaient aussi à la recherche d’une arme à chargement par culasse mais avaient aussi un stock considérable d’armes à percussion dans les arsenaux. Le cahier des charges des hollandais conduira à l’adoption du fusil Beaumont mais entre-temps il avait été décidé d’adopter la transformation snider pour faire bonne utilisation de ses fusils à percussion. A la différence des anglais, les hollandais l’ont vraiment adopté comme solution intermédiaire car le snider n’a été réglementaire pendant 3 ou 4 ans avant l’arrivée du fusil Beaumont.

Le snider hollandais ressemble fort au snider danois: le canon d’origine est conservé sur toute sa longueur et il n’y a pas de nouveau boîtier rajouté à celui-ci. Le boîtier est réalisé par l’usinage d’une ouverture du tonnerre à partir du bouchon de culasse, puis une chambre est ensuite usinée dans l’âme du canon. La portière ou bloc de culasse est du type classique et pivote autour d’une charnière sur la droite du canon. Le bloc de culasse est retenu en position fermée par une détente à bille montée dans le côté gauche de l’ouverture de la culasse. L’extracteur est pour tout dire quant à lui assez monumental car il couvre l’arc de l’ouverture du boîtier pour faire prise sur un tiers du culot de la cartouche. Une nouvelle hausse réglable de 300m à 900m (plutôt optimiste) et un guidon dérivable complètent la transformation. Les transformations ont été effectuées principalement par la manufacture d’armes de Delft et par l’armurier P. Stevens à Maastricht, enfin un certain nombre par Birmingham Small Arms au Royaume Uni. Le modèle présenté sort manifestement sorti des ateliers de Delft.

La cartouche 17,5x30R est presque identique à celle du fusil snider danois mais plus longue de 2mm et bien sûr à percussion centrale.

Il se peut que ces fusils soient de vieux guerriers car le fût, la platine et le canon pourraient être ceux du fusil à silex d’origine réalisés 80 ans avant la transformation.

La forme de la détente est assez typique des armes hollandaises; on la retrouve sur la carabine 1854 et sur le fusil Beaumont. La forme concave de l’arrière du pontet constitue une autre caractéristique typique qui se retrouve aussi sur le Beaumont et les armes à percussion tardives.

Il est intéressant de noter que la petite carabine modèle 1854 a aussi été transformée au système snider mais uniquement dans le but d’en faire une carabine d’entraînement. A cette fin un adaptateur pour tirer du 6mm Flobert était inséré dans la chambre. Les raisons pour lesquelles les hollandais ont procédé à cette double transformation compliquée, alors même que de très bons fusils Flobert étaient sur le marché, est à mes yeux inexplicable