Carabine de marine danoise M1853/66 Snider

1853
  • Pays: Danmark
  • Système de mise à feu: Percussion annulaire
  • Calibre: 17,5 x 28R Danish

Cette carabine était à l’origine une carabine à percussion avec canon à tige, utilisée par les rebelles du Schleswig-Holstein contre les danois pendant la première guerre de Schleswig (1848-1851). D’après la littérature, ils avaient acheté 2560 carabines au fabriquant liégeois Pirlot Frères. A la fin du conflit, ces carabines ont été livrées aux danois victorieux au titre de réparations de guerre. Les danois les ont ensuite affectées à la marine sous la dénomination m/1853. Finalement en 1866, 1100 de ces carabines ont été transformées selon le système snider. La transformation est si proche de celle faite par les hollandais que ceux-ci semblent s’être directement inspirés de la méthode danoise. Il serait intéressant de savoir si les danois ou les hollandais ont payé pour l’exploitation du brevet snider.

La carabine est configurée dans le style des carabines de chasseurs germaniques dites “Jaeger”, c’est-à-dire avec un canon court, une projection “pistolet” du pontet pour une prise en main plus naturelle et une pièce de joue sur le côté gauche de la crosse. Le canon est épais et rayé de cinq rayures profondes. Le calibre est de 16,9mm.

La hausse, du type Dahlhoff, date de toute évidence du temps de la première entrée en service de la carabine dans la marine danoise car plusieurs fusils et carabines danois à percussion à partir de 1848 sont munis de cette hausse. Elle est entièrement en laiton et graduée de 300 à 900 Alen danois (180-540m). Elle ressemble de beaucoup à la hausse des carabines de chasseurs autrichiennes selon le système Lorenz.

La bouche du canon a un épais tenon de baïonnette pour porter la très longue et élégante épée baïonnette.

La transformation indiquée ci-dessus est presque identique à la transformation hollandaise sauf sur quelques points. La grande différence concerne le système de verrouillage. Celui-ci prend la forme d’un verrou transversal qui entre dans une encoche sur le côté gauche du boîtier. Le verrou est actionné en poussant sur le bouton. Le verrou a aussi une deuxième fonction: il est relié au percuteur de telle façon que lorsqu’une pression est exercée sur celui-ci, il est repoussé en position de départ, ce qui évite par exemple que le percuteur reste coincé dans une cartouche après le tir. L’extracteur est du même type que sur le Snider britannique. Le gros trou qui perfore le bloc de culasse ne semble pas avoir de fonction particulière si ce n’est d’alléger le bloc. La cartouche à percussion annulaire est appelée 17,5x29R danois. De ce fait, le percuteur est orienté de manière à frapper le bord de la cartouche.

Ce fusil tolère des cartouches spécialement conçues. Celles-ci ont un puit d’amorce excentrique dimensionné pour une cartouche à blanc .22 ou un blanc Flobert. Lors du chargement, il faut naturellement faire attention que le bord du culot de la cartouche à blanc soit bien aligné avec le percuteur une fois le bloc fermé. Avec une ogive faite sur mesure, cette carabine est l’arme Snider la plus précise que je possède.