Mousqueton de cavalerie britannique Lee-Metford MkI

1895
  • Pays: Royaume Uni
  • Système de mise à feu: Percussion centrale
  • Calibre: .303 British

Le fusil Lee-Metford est le premier de la célèbre lignée des fusils Lee-Enfield. Il a aussi été sans doute le dernier fusil réglementaire à poudre noire à la fin du 19e siècle. Il rassemble dans une combinaison originale la culasse et le chargeur de l’Américain James Paris Lee ainsi que le profil de rayures de canon du Britannique William E. Metford.

La poudre sans fumée est bien connue depuis 1886, mais les chimistes britanniques ont de grandes difficultés à perfectionner leur version domestique (il ne s’agit surtout pas de l’acheter à l’étranger !). Le Lee-Metford est né à cette époque de transition. Le profil du canon est donc choisi pour un chargement de poudre noire en attendant le perfectionnement de la poudre sans fumée (la cordite). La cartouche .303 MkI contenait une charge de 75 grains de poudre noire compressée. Quand la cordite entre enfin en service, on se rend compte que les rayures au profil Metford s’usent très rapidement à cause de la température de combustion plus élevée. Suite à ce constat, la grande majorité des fusils et carabines Metford ont été recanonnés avec des canons au profil Enfield pour devenir des Lee-Enfield.

Pour en revenir au canon Metford, le profil des rayures avait fait ses preuves sur des fusils de compétition de tir à longue distance. Il présente un profil heptagonal avec des coins arrondis, ce qui empêchait théoriquement l’accumulation de résidus de poudre noire dans le canon. Ce modèle de canon a aussi été monté sur de nombreux autres modèles d’armes Martini-Henry pour devenir des Martini-Metford. Il est très difficile d’évaluer la qualité d’un canon Metford car même à l’état neuf, ses rayures ont l’air “rincées”.

La carabine est un modèle Mk.I reconnaissable à son passant de bretelle dans la crosse; il reste des traçes de l’anneau de dragonne sur le côté gauche du socle de la crosse. Cet anneau de fixation a été alésé en application d’une ordonnance réglementaire, puis supprimé sur les versions ultérieures.

Particularité de ce modèle, les deux vis sous la hausse. Ces deux vis fixaient un capuchon en cuir par-dessus la hausse pour la protéger. Le guidon est lui aussi protégé par la forme de l’embouchoir. Pour rendre la carabine plus maniable à cheval, la boule du levier de culasse a été arasée pour l’empêcher de s’accrocher dans sa gaine.

La carabine a un chargeur amovible avec une capacité de 6 cartouches empilées directement l’une sur l’autre. Bien que le chargeur soit amovible, l’approvisionnement du chargeur se faisait simplement cartouche par cartouche à travers le boîtier. En effet, tenu au boîtier par une chaînette, il n’était retiré que pour le nettoyage. Dans le boîtier, on trouve une lame pivotable qui sert à couvrir l’ouverture du chargeur pour maintenir les munitions en réserve dans le chargeur, le cavalier étant alors obligé de charger coup par coup. Cette manière de faire était assez courante à la naissance du fusil à répétition car on craignait que les soldats ne gaspillent leurs munitions.

La baguette ne sert pas au nettoyage du canon car elle est trop courte. L’idée consistait à visser deux baguettes ensemble pour permettre d’expulser une cartouche coincée dans la chambre. Encore fallait-il qu’un autre cavalier soit à proximité! La baguette de cette carabine est une reproduction. Le nettoyage du canon se faisait avec un lavoir logé avec un huilier sous la trappe de crosse.

La culasse comprend un levier de sécurité ainsi qu’un couvre culasse pour protéger la culasse et l’intérieur du boîtier de la poussière lors de la fermeture de la culasse.

Cette carabine est poinçonnée des lettres D.P sur le tonnerre et sur le boîtier, ce qui indique que la carabine a été utilisée comme arme de manipulation (drill purpose). Une arme avec ce poinçon mérite une inspection approfondie de la chambre pour déterminer si elle a été modifiée et du canon qui a peut-être été neutralisé. Heureusement celle-ci a échappé à ce triste sort.